Anr-pneuma.fr » Bonne santé » Masque pollution : à quoi sert-il ?

Masque pollution : à quoi sert-il ?

Pour se préserver des particules nocives à l’organisme présentes en quantité dans l’atmosphère, certaines personnes ont adopté le port du masque antipollution dès lors qu’ils sortent de chez eux. Un masque qui arbore différentes couleurs et différents styles pour se mettre à la mode. Il en existe en fluo pour les cyclistes, avec des animaux pour enfants ou encore en version cuir pour des modèles chic. Toutefois, si ces masques destinés à l’origine à éviter de respirer à plein poumon la pollution présente dans l’air, son efficacité n’a pas été scientifiquement prouvée, comme l’atteste l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) dans son rapport de juillet 2018. Dans ce document, l’ANSES précise que les données en sa possession sont insuffisantes afin de pouvoir se prononcer sur un quelconque bénéfice sanitaire pour recommander l’utilisation de ces masques. Toutefois selon des tests effectués en laboratoire, il existerait certains modèles de masques FFP, comprendre pièce faciale filtrante, contre les particules, qui seraient assez efficaces. Le modèle FFP 3 serait le plus purifiant avec 98 % des particules filtrées.

Masque pollution : comment le choisir ?

Avant de se rendre dans un magasin de bricolage ou dans une pharmacie pour acheter un masque contre la pollution, il serait souhaitable de savoir quelle sera au final son utilité et lors de quelles occasions il sera porté. Si c’est pour faire du vélo en ville dans un environnement fortement pollué, si c’est pour des trajets à pied en ville, si c’est pour une ballade en pleine campagne et que vous soyez allergique au pollen, un masque différent s’impose. Dans une ville régulièrement polluée par les particules fines, les odeurs et autres dioxydes de carbone émanant des pots d’échappement des véhicules, il faut impérativement vérifier que le masque soit doté de:

  • Filtre à charbon actif.
  • Qu’il réponde à la norme FFP3.
  • Qu’il dispose de valves de respiration.
  • Qu’il dispose d’un système d’ajustage selon la morphologie du visage.

Masque pollution : quelle est sa durée de vie ?

Les masques visant à protéger les voies respiratoires ont tous un délai de vie restreint et sont de ce fait jetables. Il est vrai que l’ensemble des utilisateurs de ces masques déplore à l’unanimité l’inconfort de ces derniers qui provoquent souvent des suées très incommodantes. Il existe toutefois des modèles à la pointe de la technologie comme avec les masques antipollution connectés dotés de mini-ventilateurs sur les côtés permettant d’évacuer l’air accumulé. Des modèles pour lesquels il faudra prévoir un budget et qui jusqu’à présent sont toujours considérés comme étant des gadgets. Sinon pour les autres masques, basiques, il faut s’assurer :

  • D’un minimum de confort avec le choix de la matière en coton.
  • D’une résistance de la protection aux particules fines.
  • De disposer d’un champ de vision optimal.
  • Qu’il ne gêne pas le port de lunette.

Egalement disponible :