Anr-pneuma.fr » Administratif » Location bureau : que doivent savoir les locataires ?

Location bureau : que doivent savoir les locataires ?

Si vous êtes à la recherche d’un bureau en location pour un usage professionnel en France, notez que les offres sont très nombreuses à travers les différentes villes. Toutefois, il est important d’en choisir un qui s’adapte à votre activité et à vos attentes, en termes de contrat de location. Pour ce faire, retrouvez nos conseils, afin de choisir un bureau de travail à la hauteur de vos attentes.

Les types de baux de location

Avant de s’engager dans la location d’un bureau de travail, il faut savoir que deux types de contrats de location sont envisageables : les contrats à court terme et les contrats à long terme. En ce sens, notez qu’il existe 3 types de baux. En effet, la location d’un bureau fait toujours l’objet d’un bail, et on retrouve :

  • le bail professionnel est destiné aux entreprises ayant une activité commerciale, libérale ou une activité artisanale. Ce type de bail est stipulé pour une durée minimum de 6 ans,
  • le bail commercial est recommandé pour les sociétés ayant une activité commerciale ou artisanale, et doit être stipulé pour une durée minimum de 9 ans,
  • le bail de courte durée est une variante du bail commercial caractérisé par sa courte durée de validité, et est adapté aux entreprises précédemment citées.

En fonction de votre activité, vous devez choisir parmi l’un de ces baux, afin de louer un bureau à usage professionnel.

Les obligations des locataires dans le cadre d’un bail

Dans le cadre d’un contrat de bail, le locataire, à l’instar du bailleur, est soumis à quelques obligations. Leur portée ainsi que leur nature est tributaire du type de bail en question.

Dans le cadre d’un bail commercial, le locataire est tenu de payer un pas-de-porte au bailleur, payer le montant du loyer en fonction des modalités prédéfinies, respecter les clauses d’indexation, notifier au bailleur l’intention de résiliation du contrat au moins 6 mois à l’avance, et enfin, respecter la destination des lieux.

Dans le cadre d’un bail professionnel, le locataire est soumis à l’obligation de s’acquitter de toutes les conditions mentionnées dans le contrat et d’accepter les effets des clauses d’indexation. À la fin de la durée du bail, le locataire ne bénéficie pas d’un droit de reconduction automatique.

Enfin, dans le cadre d’un contrat de location de courte durée, le locataire doit respecter pratiquement les mêmes conditions que les deux autres types de baux, à savoir : payer les loyers, libérer les lieux à l’échéance de la durée minimale du bail estimée à 2 ans, et enfin, respecter la destination des lieux.

Egalement disponible :